МОЛЧАТ ДОМА : Лыуди Надоыели

Retour au travail…

Molchat Doma : Lyudi Nadoyeli

TOMMI STUMPFF : Mich kriegt Ihr nicht

Encore un artiste qui ne mérite pas d’être si peu connu. Ça sonne comme quelque chose entre le premier Die Krupps (qui est mortel) et Die kleinen und die bösen de D.A.F (qui est fabuleux, évidemment).

Enjoy !

Playlist Cold Wave française

Playlist pas franchement originale… mais j’ai la flemme… tellement la flemme.

CCC CNC NCN : Suicidio modo d'uso

Confinement. Claustrophobie. Boulimie. Déprime. Envie d’étouffer avec un oreiller en plumes de canard son conjoint et son chat… Ne serait-ce pas l’ambiance parfaite pour écouter de l’indus ?
(Oui, je sais profiter des plaisirs simples que la vie m’offre).

Donc voici un album inspiré du fameux livre censuré « Suicide mode d’emploi« . Cette censure n’a évidemment pas plu à ce collectif anarchiste qui en a profité pour s’emparer du sujet et pour accoucher (dans la douleur visiblement) de cet album.

Sur le thème du suicide, évidemment.

Je n’ai malheureusement pas les paroles et je suis très peu familière de l’italien hurlé, néanmoins même sans paroles on sent que ça parle de mal-être. C’est l’avantage de cet album : il est extrêmement clair dans son propos.
Ah, oui. vraiment. Pas de doute à avoir, ça ne va pas. Clairement, là, ça ne va pas.

C’est de l’indus « à l’ancienne » comme j’aime. Avec des sons grinçants, parfois des passages un peu cacophoniques…
Il y a tout ce qu’il faut, des instruments dissonants, des vibrations de… trucs (?), des cris… A coté de ça, on trouve quelques passages ambiants qui sonnent comme de petites pauses inquiétantes et tristes.
Mais l’originalité de cet album c’est le chant, le chanteur scande son texte d’une manière vraiment lugubre. Le chant parait véritablement arracher la gorge du chanteur en passant.

En plus, l’enregistrement semble lointain, un peu étouffé, ça donne une ambiance assez particulière de distance avec ce qui est en train de se passer… C’est ce qui fait, je crois, la singularité de cet album : cet effet distant lui offre un caractère introspectif.

Je le ressens comme ça, j’ai vraiment l’impression d’assister à la douleur de quelqu’un à son insu. Comme si quelque part, je n’en étais pas destinatrice. L’album a cette manière d’être douloureusement « renfermé » sur lui-même.

Je ne sais pas… Quand j’écoute cet album j’ai toujours en tête l’image d’un endroit clos, une sorte de cave peut-être, une quelconque pénombre humide et froide avec un mec seul qui hurle sa douleur.

Bon… Et bien… Sur ces bonnes paroles, joyeuse claustrophobie et surtout, heureux confinement à tous !

NON : Total War

Petite ambiance musicale du matin.

Je rappelle, au cas où vous l’auriez oublié, qu’il n’est vraiment pas gentil d’être méchant.
Bisous.

GITANE DEMONE : The Reflecting Shadow

En ce moment, et plus particulièrement le soir en rentrant du travail, j’ai ça dans les oreilles.

J’ai repris le boulot. C’est véritablement affreux, d’une part, j’ai toujours détesté ça (quelle idée saugrenue le travail !), d’autre part je me sens obligée de porter des vêtements d’adultes avec des chaussures à talons qui font clac-clac quand je marche*.
J’ai besoin de donner un peu de sens à cette ridicule mascarade alors je me drape dans mes vêtements -noirs évidemment- et j’écoute Gitane Demone avec tout ce que j’ai de sérieux.
J’ai l’impression de jouer à l’adulte-gothique, façon Morticia mais en moins cliché, j’ai un minimum de retenue quand-même.

Gitane Demone est parfaite pour ça. Parfaite. Vraiment : absolument gothique et complètement adulte. Ce n’est pas du rock pour adolescent attardé, vous savez celui qui fait que vos collègues vous regardent avec un vague air amusé ou attendri malgré vos cheveux blancs.

Non, non, de la vraie musique d’adulte. Un beau chant, c’est un peu torturé mais pas trop. Une belle voix, une belle ambiance sombre. Et voilà. Point.
Si j’écrivais un vrai blog musical, j’aurais écrit quelque part « la diva gothique, blabla ».
La flemme.

J’ai découvert sur l’album de Manic Depression « V​/​A Bipolar Sounds », très franchement, il y a un peu à boire et à manger dessus. Mais le téléchargement est gratuit. Je conseillerai de jeter une oreille à Joy Disaster au passage.

*J’ai tenu 2 jours. J’ai remis mes baskets.

Top de l’année

Il est d’usage de faire des tops de l’année précédente quand commence une nouvelle année. Alors je m’y plie.
Seulement, je suis un chaton musicalement en retard, donc voila le top de mes albums en retard de 2018 que je n’ai pas eu le temps (le courage ?) de présenter ! 😀

Selofan – Vitrioli

Darkwave
selofan.bandcamp.com

Qual – The Ultimate Climax

EBM
qual.bandcamp.com/album/the-ultimate-climax

Deth Crux – Mutant flesh

Deathrock / rock goth
dethcrux.bandcamp.com/album/mutant-flesh

LEBANON HANOVER – let them be alien

Cold wave
lebanonhanover.bandcamp.com/album/let-them-be-alien


J’ai exclu de cette liste de 2018 les albums dont j’ai déjà parlé (ceux de Maria Violenza, la démo d’AUS, Plomb et Totenwald).

SOPOR AETERNUS AND THE ENSEMBLE OF THE SHADOWS : Songs from the inverted womb

Sois sage, ô ma douleur…

J’accueille l’hiver chaque année de la même manière. C’est un petit rituel personnel : je lis les mêmes livres, j’écoute les mêmes albums. Année après année, je recommence.

J’écoute surtout celui-ci. Il est idéal pour cette petite pluie fine de novembre, celle qui glace les os et humidifie la chair.

Songs from the inverted womb accompagne mes brumes de novembre depuis déjà une bonne dizaine d’années. C’est mon rendez-vous annuel : j’attends chaque début d’hiver Anna Varney dans la blancheur froide de novembre.

Je ne sais pas trop comment décrire formellement cet album, c’est à la fois du rock, du néoclassique avec une pointe d’ambiance médiévale (Eldorado). L’ensemble est tellement gothique. Le groupe arrive à composer une ambiance funèbre et solennelle, c’est très sombre sans tout à fait s’abîmer complètement dans le désespoir.

On se tient là, toujours au bord.

Il y a quelque chose _ des cuivres sautillants, une douce mélodie, … _qui compense la noirceur de la chanson, pour lui donner un peu d’entrain ou l’envelopper d’une délicate mélancolie.

C’est un cocon d’une immense tristesse où malgré tout il fait bon vivre.

Sopor Aeternus transcende la tristesse par la beauté de ses compositions, quelle meilleure manière d’apprivoiser l’immense douleur de cette pluie qui glace les os ?

REVEREND BEAT-MAN & IZOBEL GARCIA : Baile bruja muerto

Sorti en janvier 2019, cet album est hyper cool. C’est mon cher et tendre qui m’a fait découvrir Reverend Beat-Man et je le remercie (#Cassedédi Mon Amour), j’écoute beaucoup depuis.


Je ne savais pas trop qui était Nicole Izobel Garcia et ce qu’elle faisait avant -les zinternets m’informent qu’elle faisait en fait partie de plein de groupes garage aux Etats-Unis- pour moi, elle est apparue comme par magie au détour d’une vidéo YouTube pour servir de comparse/bonne sœur au Reverend.

Je trouve qu’elle apporte pas mal de fraîcheur au Reverend (dont j’adore le « gospel blues trash » par ailleurs !) sa présence permet de revisiter un certain nombre de titres et de leur donner une autre orientation: plus hispanique et sensuelle.

Elle a une voix vraiment géniale, un timbre suave et des accents mélancoliques. Ça contraste parfaitement bien avec la voix rocailleuse de Reverend Beat-Man.

Sur cet album, il y a pas mal de reprises, dont une de Venom, c’est improbable, mais ça fonctionne. Mais au-delà de l’aspect amusant de ces diverses reprises, j’aime particulièrement la première chanson qui ouvre l’album « Pero te amo (but I love you) » : une balade amoureuse et rock’n’roll où l’un et l’autre se répondent. (Il n’en faut pas plus pour mon cœur de Chaton, je suis trop bon public.)

Il y a plein de chansons que j’adore dans cet album, la reprise de « Lass Uns Liebe Machen (Haremos el amor) » est superbe de mélancolie, celle qui suit « Macorina » (une reprise aussi) est géniale aussi, elle a conservé le coté mexicain, mais lui a donné une dimension bien plus sombre.


Bon, je vais pas faire tout l’album comme ça, écoutez-le, il est super bien.